Basic Instinct – Sharon

fhd992BIN_Sharon_Stone_047.jpg

Sharon, for ever.

Zoom sur Soliloquy (Sharon), 1992 – 2000 de Candice Breitz.

Après l’analyse du film en quatre parties, j’aimerais revenir sur un travail assez méconnu, celui de l’artiste Candice Breitz, Sharon, qui fait parti de sa trilogie Soliloquy.

Lire la suite

Publicités

Basic Instinct – Modélisation du récit

Basic-Instinct-612

Cette quatrième partie de l’analyse de Basic Instinct permet de comprendre la structure du récit et d’expliquer comment cette structure permet de mettre en exergue les processus mis en jeu.

Lire la suite

Dossier – Architecture et cinéma : la fenêtre

La fenêtre est souvent utilisée au cinéma puisqu’elle offre des possibilités de mise en scène intéressantes, d’un point de vue littéral et symbolique. Comme toujours, il n’est pas question ici de citer tous les films qui utilisent de manière plus ou moins originale la fenêtre, mais de comprendre les enjeux qu’offrent une fenêtre dans la mise en scène ou le scénario, en citant une grande variété de films. Nous évoquerons donc dans ce dossier des films des années 1920 à nos jours.

James Stewart.jpg

Lire la suite

Dossier – Danse et cinéma

getImage.jpg

Danse et cinéma peuvent souvent être associés. On peut danser sur une musique de film, en s’inspirant des pas d’un film, comme un film peut avoir pour sujet la danse ou peut contenir une ou plusieurs scènes de danse. Comme toujours, il ne s’agit pas d’énumérer tous les films comportant ces scènes de danse mais de comprendre les différentes et nombreuses possibilités qu’offre la danse sur le plan de la structure narrative d’un film ou alors sur le plan de la mise en scène en évoquant un éventail d’exemples variés. Le dossier est divisée en deux parties : la première est consacrée pour les films ne portant pas sur la danse et la deuxième sur les films qui ont pour sujet la danse.

Lire la suite

Critique et analyse – Liaison fatale

affiche final att.jpg

  • Date de sortie : 27 janvier 1988 (1h58)
  • Réalisateur : Adrian Lyne
  • Avec : Michael Douglas, Glenn Close, Anne Archer
  • -12 ans (France) -17 ans (États-Unis)
  • Allociné spectateurs : 3.3/5

Adrian Lyne, le réalisateur de Flashdance, en réalité spécialiste des thrillers plus ou moins érotiques, à l’image de 9 semaines 1/2, Proposition indécente ou encore Infidèle réalise le succès artistique et commercial Liaison fatale avec Michael Douglas et Glenn Close. L’objectif de cette analyse est de comprendre les perspectives de l’oeuvre et de les comparer avec des films semblables, de Lyne ou bien avec Michael Douglas.

Lire la suite

Analyse – Basic Instinct, réflexion sur la fin ambigüe

basic-instinct-original

Cette troisième analyse de Basic Instinct permet de se focaliser entièrement sur la fin du film et de répondre à deux problématiques, lesquelles sont l’identité du tueur ainsi que le destin ambigu de Nick. Il est primordial de lire avant cette analyse les deux premières. Dans la première analyse, on avait donc mis en exergue un processus fondamental dans ce film, celui de l’envoûtement, causé par plusieurs facteurs, causant à son tour de multiples conséquences pour le personnage de Nick. Dans la deuxième partie, grâce à trois scènes majeures, on avait réussi à prouver de manière plus concrète l’existence de ces processus, ce qui avait abouti à la création de la fameuse figure du cercle et qui représentait le choix cornélien que devait faire Nick. Lire la suite

Dossier – La plage dans les films

C’est l’été, le départ des vacances approche et nous retrouvons, enfin, le beau temps. La majorité des vacanciers aura choisi de se reposer au bord de mer, sur la plage. Une occasion en or d’analyser, après la Côte d’Azur, l’utilisation du décor naturel de la plage dans les films. Un motif très cher aux cinéastes, qui l’exploitent pour beaucoup de raisons. Certains, même, y sont très attachés, à l’image de Nanni Moretti avec Je suis un autarcique, Journal intime ou encore Bianca ou même François Ozon avec Sous le sable, Regarde la mer, Une robe d’été, Jeune et jolie et même Cinq fois deux, la fin précisément.

Capture d’écran 2015-07-03 à 12.01.32

Sous le sable, Une robe d’été, Jeune et jolie, Cinq fois deux, Ozon

Lire la suite

Dossier – La Côte d’Azur dans les films

alfred-hitchcock-cinema-cannes-fait-le-mur-afp-photo-10694344lrhdw

Après San Francisco, ne nous arrêtons pas en si bon chemin et continuons notre voyage cinématographique, dans d’autres paysages ensoleillés du monde, avec cette fois-ci un escale moins lointain mais tout aussi intéressant, la Côte d’Azur. Il faut dire que les relations entre la Côte d’Azur et le cinéma sont très anciennes, et leur origine date même du siècle dernier. Beaucoup de cinéastes, depuis toujours, filment sur la Côte d’Azur, des films qui appartiennent à des genres très variés. D’ailleurs, très récemment, on peut citer Duo d’escrocs, Grace de Monaco, Magic in the moonlight, La FrenchL’homme que l’on aimait trop. Il faut dire que la région ajoute souvent un côté pictural moyennant la couleur locale, à travers ce dossier, on analysera donc les représentations de la Côte d’Azur dans le cinéma. Lire la suite

Dossier – Variations autour du téléphone au cinéma

Le téléphone est un objet de mise en scène qui offre des possibilités très nombreuses. C’est un objet qui a évolué au fil des années, cela implique un lot de conséquences, non seulement sur le plan de la mise en scène mais aussi du récit. Aujourd’hui, une personne isolée ne l’est plus complètement grâce au téléphone, celui-ci peut ne pas capter, être volé… Les moyens pour filmer une conversation téléphonique sont aussi très différents, les réalisateurs jouent sur les mouvements, l’échelle des plans, les couleurs… Dans ce dossier, dans une première partie, nous allons essayer d’analyser les différentes utilisations du téléphone dans les mises en scène puis dans une deuxième partie plus concrète, on analysera plusieurs scènes pour véritablement dégager des possibilités précises que peuvent offrir les téléphones dans les films.

audrey-hepburn-telephone

Lire la suite

Analyse – Basic Instinct, trois scènes majeures

basic-instinct-hd-680118

Cette deuxième analyse de Basic Instinct permet de mieux comprendre la première (il est vivement conseillé de la lire avant d’aborder cet approfondissement : cliquer ici), dans laquelle on montrait comment le personnage de Sharon Stone arrivait à envoûter Nick. On avait donc mis en exergue un processus fondamental dans ce film, celui de l’envoûtement, causé par plusieurs facteurs, causant à son tour de multiples conséquences pour le personnage de Nick. Il est donc maintenant intéressant d’analyser le travail concret du réalisateur, Paul Verhoeven, pour mener à bien ce processus. Les scènes les plus intéressantes du fillm ne sont donc en aucun point les quelques scènes torrides mais celles dans lesquelles le processus est bien visible, on en choisira trois : la première rencontre, la scène du duel chez Catherine puis la scène dans l’appartement de Nick, qui reçoit le livre. Lire la suite