Basic Instinct – Modélisation du récit

Basic-Instinct-612

Cette quatrième partie de l’analyse de Basic Instinct permet de comprendre la structure du récit et d’expliquer comment cette structure permet de mettre en exergue les processus mis en jeu.

Basic-Instinct-698.jpg

Il est primordial de lire et comprendre les trois premières parties de l’analyse :

Première partie : l’analyse globale du film

Deuxième partie : trois scènes majeures (comprendre comment la réalisation met en exergue les processus)

Troisième partie : l’analyse de la fin

Afin de résumer, précédemment, nous avions vu que Nick subit le processus de l’envoûtement à cause de Catherine. Ce processus peut être notamment expliqué par la séduction de Catherine Tramell, mais aussi par la prise de possession qu’elle réalise, notamment chez lui. Ce processus a plusieurs conséquences, il aboutit à un processus de détérioration qui fait que Nick prend Catherine comme modèle, se conduisant peu à peu comme elle (il se met à boire, fumer, a les mêmes mots qu’elle … jusqu’à tuer comme elle), et ceci est prouvé également par la symétrie de la structure narrative (les deux scènes d’interrogatoire se répondent).

Alors, partons de la figure du cercle, méthode inventée, pour comprendre le mieux possible ce film :

Capture d’écran 2015-03-28 à 18.16.06

© Figure du cercle, infographie créée par Keyvan Sheikhalishahi

Catherine et Beth n’apparaissent jamais ensemble, elles sont, durant tout le film, en totale opposition. Nick doit éliminer l’une des deux femmes pour rester avec l’autre. Il est mobilisé au centre, si Catherine évolue dans le film d’un point de vue de la dramaturgie, alors Beth aura la même évolution afin que les deux femmes aient toujours une distance égale, entre elles, qui doit être maximale, idée représentée ici par les flèches. Nick est mobilisé au centre, l’élimination d’une des deux femmes lui permet d’être confondu au même point avec Catherine et donc de vivre ensemble avec elle. Allons plus loin maintenant. La figure du cercle représente un cercle trigonométrique. Or, le cercle trigonométrique permet d’illustrer les fonctions trigonométriques. On peut donc déduire que les fonctions trigonométriques modélisent le récit de Basic Instinct. La fonction cosinus modélise le récit. Pas d’inquiétude! Il n’y a pas besoin d’avoir des connaissances en mathématique pour comprendre la suite. La fonction cosinus est paire, c’est-à-dire que la courbe est symétrique par rapport à l’axe verticale des y. Ainsi, on retrouve bien la symétrie du récit, illustrée également par la figure du cercle. La courbe de la fonction cosinus se répète indéfiniment, elle est sans fin, et toujours de manière identique, nous allons voir que ce motif répété modélise le récit de Basic Instinct.

On a, en fonction du personnage de Nick Curran, soit Catherine, soit Beth. Les deux femmes essaient certes de l’influencer chacune de son côté, mais c’est bien, au final, lui qui permet d’avoir soit Catherine soit Beth (d’ailleurs, à la fin du récit, il choisira Catherine). L’élaboration de la figure de la fonction cosx permet de rendre la structure du récit plus évidente et explicite. On obtient ceci :

Capture d’écran 2016-06-23 à 14.16.58.png

© Figure de la fonction cosinus qui modélise le récit, infographie créée par Keyvan Sheikhalishahi

La lecture de la figure est simple. L’évolution du personnage de Nick est représentée par l’axe horizontale. La courbe verte modélise l’évolution du récit narratif. Dès qu’elle se situe au dessus de l’axe horizontale, symboliquement, Nick est avec Catherine. A contrario, dès qu’elle se retrouve en dessous, Nick est avec Beth. Il est donc logique de retrouver, à la fin, Nick avec Catherine, qui sont confondus ensemble, comme le présageait la figure du cercle. Les barres horizontales en pointillé représentent l’apparition du pic à glace, le motif du film, qui permet d’émettre l’hypothèse que Nick est en danger, après la fin du film, d’après la troisième partie de l’analyse. Enfin, et c’est ce qui va nous intéresser désormais, les flèches modélisent la raison qu’a Nick d’être avec Catherine ou Beth, soit pourquoi Nick, à ce moment du film, se retrouve avec soit Catherine soit Beth.

Note : On ne peut pas dire que Nick se retrouve à trois reprises avec Catherine et à deux reprises avec Beth, comme on pourrait le penser ici. La courbe de la fonction cosinus est schématique et ne fait que modéliser.

Note 2 : La courbe verte est l’évolution du récit narratif et non l’évolution de Nick! L’évolution de Nick est linéaire ici (axe horizontale).

Cette figure permet véritablement de comprendre que Catherine, grâce aux processus, influence Nick qui est détérioré et va commettre les mauvais choix. Il faut donc établir maintenant l’évolution de Nick, tout au long du film. Quels sont les motifs qu’a Nick pour évoluer soit avec Catherine, soit avec Beth? On obtient le tableau suivant :

Capture d’écran 2016-06-23 à 15.22.00.png

© Évolution de Nick, infographie créée Keyvan Sheikhalishahi

La flèche bleue met en évidence le processus de détérioration de Nick, qui se transforme, peu à peu, en Catherine. Les flèches rouges représentent le passage dans l’autre monde, c’est à dire le monde irréel, celui des fantasmes, une sorte de «suspension d’incrédulité», c’est-à-dire le monde de Catherine dans lequel Nick veut fonder sa vie. Il est intéressant de noter que c’est lorsque Catherine se rend dans le monde réel, de «chez elle» au «poste de police» qu’elle commence à corrompre véritablement Nick et le détériorer. La venue de Catherine dans le monde réel représente un très grand danger pour Nick et ses amis. Il est d’ailleurs intéressant de noter que la succession des plans montrant le passage dans l’autre monde se répondent : vers l’irréel, le réel puis l’irréel. On remarque ainsi que le dernier passage montré est celui vers l’irréel, le monde des fantasmes, ce que choisira finalement Nick. Le tableau met en exergue les motifs qu’a Nick pour évoluer en fonction de Catherine ou Beth.

Après la moitié du film, on pourrait avoir l’impression que le film recommence de nouveau, cette fois-ci avec Nick à la place de Catherine. On constate qu’il y a symétrie dans symétrie dans symétrie : symétrie de la structure, de la scène, donc de l’action, des plans, des mots. Á noter en plus beaucoup de symétries représentées dans les plans ainsi que la symétrie du motif du pic à glace, on pourrait donc dire que Basic Instinct est le film symétrique par excellence.

La modélisation du récit par la fonction cosinus permet une compréhension meilleure de la structure du récit. Elle permet aussi de comprendre que ce sont les actions de Nick qui modifient le récit, ses actions sont basées sur des motifs, lesquels sont influencés par le comportement des deux femmes.

Les processus mis en jeu par Catherine influencent progressivement Nick tout au long du film. Nick est donc influencé progressivement. En effet, le rapport entre lui et Beth n’est pas égal à son lien avec Catherine, qu’il connait à peine au tout début du film. Celui-ci s’inverse à la fin, Nick élimine Beth pour se retrouver totalement avec Catherine.

Capture d’écran 2016-06-23 à 16.11.22.png

© Évolution de Nick, Catherine et Beth tout au long du récit, infographie créée par Keyvan Sheikhalishahi

En vert : l’évolution de Nick

En rouge : l’évolution de Catherine

En bleu : l’évolution de Beth

La fonction (composée) de cosinus modélise l’évolution de Nick dans la structure narrative.

Les fonctions linéaires dont les courbes sont symétriques par rapport à l’axe horizontale, l’évolution du récit, modélisent respectivement l’évolution de Catherine et Beth.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s