Quantum of Solace, le Bond de 2008

6gqprvdfvsdwntd5lsmvwctymed.jpg

Retour sur Quantum of Solace, 22ème James Bond, le deuxième avec Daniel Craig et suite directe du phénoménal Casino Royale. Inutile de faire une critique du film, tant il contient des maladresses – mais des atouts aussi -, présentant un Bond en construction qui a perdu son âme alors même qu’il venait de s’affirmer à la toute fin du précédent opus. Trop américain, trop hollywoodien peut-être, en fait trop bournien, Quantum of Salace n’est pas le plus bondien des opus – on regrette le manque d’élégance, de charme, de cohérence, et l’on ne vous parle même pas de l’absence du Bond theme ou de gunbarrel au début, du « Bond, James Bond » coupé au montage, c’est que la recette classique est très mal dosée voire oubliée alors que le précédant en faisait une revisite parfaite. Reste alors l’action, mais l’on préférerait l’original, à savoir Jason Bourne et même bien entendu Permis de tuer, le chef-d’oeuvre de Timothy Dalton, lancée sur une vendetta sanglante. Tout le monde aime Bond, tout le monde justifie la gaffe: le réalisateur pas assez habitué – ou pas du tout même? – aux films d’action, peu fan de la saga, les scénaristes en grève – il faut en effet juger Daniel Craig qui a dû réécrire certaines scènes durant le tournage -, la production qui a misé sur les images de synthèse à gogo – mais moins que chez Avengers. Mais alors, quid de Quantum of Solace, le mal aimé? En analysant le contenu qu’il présente, l’argument du film le fait finalement présenter comme un des Bond les plus modernes. Quantum of Solace, l’épisode paradoxal…

Lire la suite

Publicités

Jamais plus jamais, la scène du défi

Capture d’écran 2017-02-13 à 18.01.51.png

Jamais plus jamais propose une scène insolite qu’il revisite par rapport aux autres opus de la saga James Bond, la scène du casino, ou plus précisément du duel entre Bond et Largo autour du jeu Domination. L’analyse de la scène permet non seulement de comprendre comment Bond réussit à atteindre son objectif, c’est-à-dire parler à Domino ainsi que de mieux percevoir le profil psychologique des personnages.

Lire la suite

Jamais plus jamais

NSNA-Dinner-Suit.jpg

En 1983, Kevin McClory lance un James Bond non officiel, remake d’Opération Tonnerre, qui marque le retour pour la deuxième fois de Sean Connery dans le rôle titre mais aussi une concurrence inédite, Octopussy sortant la même année, donc une « guerre des Bond ». Ici, et contrairement à ailleurs, on ne fera pas de comparaison entre le remake et l’original, celle-ci risquant d’être inutile, non productive.

Lire la suite

Meurs un autre jour

DAD17.jpg

Les quatre James Bond avec Pierce Brosnan dans le rôle titre sont tous différents les uns des autres. Il n’y a pas tant de ligne directrice de ton qui rendrait l’ensemble homogène, cohérent, ce qui permet toutefois d’avoir un enchainement assez riche et varié. Après la noirceur de GoldenEye, l’efficacité de Demain ne meurt jamais et la trame psychologique du Monde ne suffit pas, l’ultime opus opte pour le ton spectaculaire, entre scènes d’action saisissantes et un excès de mauvais goût.

Lire la suite

GoldenEye

Goldeneyeaffiche.jpg

Après six années d’absence, James Bond est de retour en 1995 avec le mythique GoldenEye. Il s’agit de relancer la saga, d’insuffler un nouvel air dans un monde désormais différent, un contexte géopolitique renouvelé. Face à la nouvelle concurrence, notamment aux films avec Sylvester Stallone, Arnold Schwarzenegger, il est primordial de comprendre comment la saga a su trouver une place solide et durable.

Lire la suite

Casino Royale, la scène de pré-générique

zf4wg7oOUFe9OnCJN6Vji0cwI3U.jpg

Pour les 10 ans de Casino Royale, revenons aujourd’hui sur la scène d’ouverture du film. Une scène qui se distingue bien de toutes les autres scènes de pré-générique de la saga, notamment par sa sobriété, un manque de cascade et bien d’autres points.

Lire la suite

Tuer n’est pas jouer

Capture d’écran 2016-11-14 à 21.24.09.png

Premier opus avec Timothy Dalton, Tuer n’est pas jouer marque une rupture avec les précédents James Bond avec Roger Moore dans le rôle titre, toutefois une rupture qui reste moins marquée par celle du très noir et terrifiant Permis de tuer. Ce que cherche avant tout Tuer n’est pas jouer, c’est de poser de nouveaux jalons et atteindre un équilibre parfait, créer le film parfait avec peut-être, l’acteur parfait.

Lire la suite

Analyse – GoldenEye : la séquence du train

GoldenEye.jpg

Aujourd’hui, revenons sur la fameuse séquence du train dans GoldenEye, qui a lieu tout juste après la poursuite en char. La séquence du train est une des meilleures scènes des James Bond avec Pierce Brosnan, très efficace tant elle est riche en tension. Grâce à cette analyse de séquence, nous allons donc essayer de comprendre par quels moyens techniques Martin Campbell, superbe réalisateur, arrive à rendre une scène très riche en suspens et tension.

Lire la suite

Critique – Spectre (sans spoiler)

16-9-RATIO_new-home

  • Date de sortie : 10 novembre 2015 (2h30)
  • Réalisateur : Sam Mendes
  • Avec : Daniel Craig, Léa Seydoux, Christoph Waltz, Monica Bellucci, Andrew Scott, Dave Bautista, Ralph Fiennes, Ben Whishaw, Naomie Harris, Rory Kinnear, Jesper Christensen, Stephanie Sigman, Brigitte Millar
  • Tous publics (France) -13 ans (États-Unis)
  • Allociné spectateurs : 3.5/5
  • Allociné presse : 3/5

Spectre, le film que j’attendais le plus depuis ces trois dernières années. Après Skyfall, très bon film mais décevant James Bond, l’agent 007 est de retour pour une des missions les plus intéressantes, réalisée pour la deuxième fois consécutive par Sam Mendes. Cette critique ne s’engage pas à comparer différents opus, ce qui se révélerait peu productif, et est garantie sans aucun spoiler. Lire la suite