Dossier – La plage dans les films

C’est l’été, le départ des vacances approche et nous retrouvons, enfin, le beau temps. La majorité des vacanciers aura choisi de se reposer au bord de mer, sur la plage. Une occasion en or d’analyser, après la Côte d’Azur, l’utilisation du décor naturel de la plage dans les films. Un motif très cher aux cinéastes, qui l’exploitent pour beaucoup de raisons. Certains, même, y sont très attachés, à l’image de Nanni Moretti avec Je suis un autarcique, Journal intime ou encore Bianca ou même François Ozon avec Sous le sable, Regarde la mer, Une robe d’été, Jeune et jolie et même Cinq fois deux, la fin précisément.

Capture d’écran 2015-07-03 à 12.01.32

Sous le sable, Une robe d’été, Jeune et jolie, Cinq fois deux, Ozon

La plage est bien évidemment synonyme de vacances et dans les films, les personnages s’amusent beaucoup, le nombre d’activités possibles étant très important. La main au collet de Hitchcock montre d’ailleurs bien le tourisme de masse sur la plage cannoise. Les activités sont donc nombreuses. Faye Dunaway, grâce à Steve McQueen, essaie le buggy dans L’affaire Thomas Crown. Tom Cruise joue au voleyball dans Top Gun alors que dans un autre registre, chez Bergman, Max von Sydow défie la Mort aux échecs dans Le septième sceau. Sur la plage, on peut également jouer de la musique, par exemple le piano dans La leçon de piano de Jane Campion. On court aussi, en groupe dans Les chariots de feu ou bien tout seul dans Les aventures de l’homme invisible. Certains, plus ambitieux, prennent de l’altitude, la nuit de préférence, comme Roger Moore et son parapente dans le James Bond Vivre et laisser mourir. Pierce Brosnan, lui, préfère le surf, la nuit également, dans Meurs un autre jour. D’autres préfèrent une activité moins survoltée, de la lecture par exemple dans Pierrot le fou, un bronzage nudiste dans Le gendarme de Saint-Tropez ou même un repos total sur un transat, comme Pierce Brosnan encore une fois, dans Duo d’escrocs, savourant un cocktail en train d’observer sa femme – ou ex – dans les airs, attachée à un bateau. Dans les films, on privilégie également la baignade, dans La plage bien évidemment mais pas seulement, en témoignent Bienvenue à Gattaca, Le désert rouge et La vie d’Adèle. James Bond se baigne également à Nassau dans Casino Royale, sort de la mer un Daniel Craig musclé alors que Caterina Murino se balade en cheval. On retrouve le même Daniel Craig en train de se baigner dans Flashbacks of a fool, cette fois-ci avec ses vêtements.

Capture d’écran 2015-07-03 à 13.17.44

La main au collet, Hitchcock / L’affaire Thomas Crown, Jewison / Top Gun, Scott / Le septième sceau, Bergman / La leçon de piano, Campion / Les chariots de feu, Hudson / Vivre et laisser mourir, Hamilton / Meurs un autre jour, Tamahori / Duo d’escrocs, Hopkins / La plage, Boyle / Bienvenue à Gattaca, Niccol / La vie d’Adèle, Kechiche / Casino Royale, Campbell / Flashbacks of a fool, Walsh

De l’amusement, certes, mais la plage est également le lieu idéal pour avoir un coup de foudre, se reposer avec l’être aimé ou bien partager des moments intimes. James Bond contre Dr No immortalise Ursula Andress, sortant de l’eau, sur le sable fin de Jamaïque, face à un Sean Connery rêveur. L’image est restée plus de cinquante ans après et des centaines de fois, si ce n’est plus, reproduit ou parodié. Dans La femme sur la plage de Renoir, un garde-côte hanté par les démons de la guerre rencontre une étrange femme sur une plage déserte. Lieu de la rencontre, la plage est logiquement aussi lieu de séduction et drague amoureuses. C’est toute l’intrigue de Blue jeans par exemple, mais aussi de Pauline à la plage. Les couples se promènent également sur la plage, observant les vagues, comme celui formé par Richard Gere et Diane Lane dans Mes nuits à Rodanthe mais aussi celui formé par Kevin Costner et Robin Wright dans le sublime mais tragique Une bouteille à la mer. Le cadre paradisiaque donne également l’envie de s’embrasser, à l’image de Daniel Craig et Eva Green en Italie dans Casino Royale, de Burt Lancaster et Deborah Kerr dans les vagues à Hawaï ou même à Deauville avec Jean-Louis Trintignant et Anouk Aimée dans Un homme et une femme. Certains vont même plus loin et ne font pas que s’embrasser, comme dans Et dieu créa la femme ou plus explicitement, en fondu enchainé, chez David Lynch avec Lost highway.

Capture d’écran 2015-07-03 à 16.12.32

James Bond contre Dr. No, Young / La femme sur la plage, Renoir / Blue jeans, Rozier / Pauline à la plage, Rohmer / Nights in Rodanthe, Wolfe / Une bouteille à la mer, Mandoki / Casino Royale, Campbell / Tant qu’il y aura des hommes, Zinnemann / Lost highway, Lynch

On a donc vu que la plage est un lieu propice à l’amusement, à la détente et au repos des personnages qui, souvent, y rencontrent leur idéal et partagent tous deux de beaux moments. On peut donc élargir le propos et dire que la plage, en outre, est un lieu où l’on vit. Ce sont d’abord, bien entendu, des rescapés qui y vivent, tel Tom Hanks dans Seul au monde mais aussi un groupe d’enfants dans Sa majesté des mouches de Peter Brook. Certains personnages ont même leur habitation sur la plage. Il s’agit d’un humble camping car pour Mel Gibson dans L’arme fatale mais on retrouve aussi beaucoup de résidences de luxe. Catherine Tramell, dans Basic Instinct possède une villa près de San Francisco à Stinson Beach qui donne vue sur les vagues. Dans Permis de tuer, Robert Davi qui campe le méchant Sanchez possède également une résidence de luxe dans une île près de la ville fictive d’Isthmus au Mexique. Dans un autre James Bond, GoldenEye, le héros éponyme se retire sur la plage pour méditer et profiter d’une longue nuit dans une maison de luxe pour charmer sa belle. Certains personnages n’ont certes pas d’habitation sur la plage et vivent également des moments de vie, parfois simples. Il s’agit d’une rencontre entre une actrice blanche et une nourrice noire sur la plage de Coney Island dans Mirage de la vie. Il s’agit de vivre l’instant et de profiter de la vie pour Julianne Moore dans le récent Still Alice. Enfin, citons un autre James Bond encore, Skyfall, dans lequel, après la mort, Bond vit reclus – ou presque – sur une plage turque, passant ses jours à faire l’amour et boire.

Capture d’écran 2015-07-04 à 10.34.09

Seul au monde, Zemeckis / L’arme fatale, Donner / Basic Instinct, Verhoeven / Permis de tuer, Glen / GoldenEye, Campbell / Mirage de la vie, Sirk / Still Alice, Glatzer & Westmoreland / Skyfall, Mendes

Malheureusement, la plage n’est pas toujours synonyme de quiétude et peut parfois, même souvent, représenter un lieu dangereux. La danger est omniprésent chez Steven Spielberg, dans Les dents de la mer avec la présence d’un requin. La plage, espace désertique, peut exposer des énigmes, comme la disparition d’un mari dans Sous le sable de François Ozon ou même chez Asghar Farhadi, la disparition d’une amie au bord de la mer Caspienne, dans Á propos d’Elly. Dans L’homme au pistolet d’or, James Bond et Scaramanga décident de se défier en duel sur une plage paradisiaque, devenue culte aux yeux des touristes aujourd’hui. Enfin, la plage est aussi le lieu de l’enterrement, comme dans Les climats ou bien Creepshow. Et qui dit enterrement, bien évidemment, dit mort. Au cinéma, on peut mourir sur la plage, et pas seulement noyé ou mangé par un requin, en témoigne Mort à Venise de Visconti. Dans le plus récent Un homme idéal, le personnage principal décide de se débarrasser d’un cadavre en le jetant à la mer. On peut également s’affronter de manière plus brutale sur une plage, puisqu’espace désertique, lieu de guerre aussi. C’est tout d’ailleurs la confrontation finale de Robin des Bois, le débarquement sur la plage dans Il faut sauver le soldat Ryan, lieu de conflits dans Apocalypse Now, Edge of Tomorrow et même Iron Man 3.

Capture d’écran 2015-07-04 à 11.07.36

Les dents de la mer, Spielberg / Á propos d’Elly, Farhadi / Creepshow, Romero / Mort à Venise, Visconti / Un homme idéal, Gozlan / Robin des Bois, Scott / Il faut sauver le soldat Ryan, Spielberg / Apocalypse Now, Coppola / Edge of tomorrow, Liman / Iron Man 3, Black

Enfin, la plage peut également servir pour d’autres utilisations, plus ou moins insolites. Elle représente le cadre final de Les quatre cents coups avec son fameux arrêt sur image. Elle sert également de cadre pour la scène finale de La dolce vita, laquelle est muette. Á l’inverse, dans Inception, il s’agit du premier plan du film, un homme est emporté par les vagues sur le sable. La plage, dans ce film, évoque également le souvenir. Dans Point break, un inspecteur de FBI s’infiltre dans une bande de surfeurs-braqueurs. Enfin, il existe des films consacrés à la plage : The girls on the beach, Endless summer, Malibu beach, Malibu bikini shop, Beach balls, etc.

Capture d’écran 2015-07-04 à 11.34.51

Les quatre cents coups, Truffaut / La dolce vita, Fellini / Inception, Nolan / Point Break, Bigelow / Endless summer, Brown / The girls on the beach, Witney /Malibu bikini shop, Wechter

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s