Dossier – La neige au cinéma

lavieestbelle.jpg

Après le désert et ses étendues arides, plus ou moins dangereuses, plus ou moins illusoires, il est très logique d’enchainer avec la neige au cinéma. Parfois utilisée plus que la pluie, l’objectif ici est de comprendre, en citant quelques exemples, les différentes possibilités qu’offre la neige dans la mise en scène mais aussi le récit dans les films.

Lire la suite

Publicités

Dossier – Le désert au cinéma

Environnement sec et stérile, avec un risque de perte de vie plus élevé qu’autre part, le désert est souvent filmé au cinéma, offrant des possibilités de mise en scène, d’atmosphère et aussi d’histoire intéressantes. La menace est permanente, peut surgir à tout moment, imprévisible, inattendu mais aussi inespéré. À travers ce dossier, il s’agit de comprendre les enjeux qu’offre le désert au cinéma, comment il peut être utilisé, en évoquant une grande variété de films, de genres divers, d’époques différentes.

lawrence-darabie

Lire la suite

Dossier – Architecture et cinéma : la fenêtre

La fenêtre est souvent utilisée au cinéma puisqu’elle offre des possibilités de mise en scène intéressantes, d’un point de vue littéral et symbolique. Comme toujours, il n’est pas question ici de citer tous les films qui utilisent de manière plus ou moins originale la fenêtre, mais de comprendre les enjeux qu’offrent une fenêtre dans la mise en scène ou le scénario, en citant une grande variété de films. Nous évoquerons donc dans ce dossier des films des années 1920 à nos jours.

James Stewart.jpg

Lire la suite

Dossier – La douche dans les films

casino-royale-3.jpg

Il faut bien l’admettre, la douche est un objet très cinégénique qui offre de très nombreuses possibilités d’utilisation. Elle permet d’instaurer une atmosphère bien spécifique comme elle permet d’accroitre le suspens d’une scène. Dans ce dossier, nous passerons en revue de manière rapide  et totalement subjective les possibilités de mise en scène de la douche dans les films- avant celles de la baignoire dans un prochain billet. L’analyse d’une scène en particulier à la fin du dossier permettra de comprendre de manière plus concrète le propos.

Lire la suite

Critique et analyse – L’espion qui m’aimait

THE-SPY-WHO-LOVED-ME-sir-roger-moore-34228139-960-482

  • Date de sortie : 12 octobre 1977 (2h05)
  • Réalisateur : Jewis Gilbert
  • Avec : Roger Moore, Barbara Bach, Curd Jürgens, Richard Kiel, Caroline Munro, Bernard Lee, Desmond Llewelyn, Lois Maxwell
  • Tous publics (France) Accord parental souhaité (États-Unis)
  • Allociné spectateurs : 3.5/5

L’espion qui m’aimait, dixième opus de la saga James Bond, marque les quinze ans de James Bond sur grand écran. Après l’échec considérable de L’homme au pistolet d’or, il a fallu donner un nouveau cap à la saga et assurer son avenir puisque cet opus représentait la dernière chance pour Broccoli de prouver que Bond n’a pas encore coulé, naviguant toujours. Les enjeux sont donc très importants, et les dispositions prises à la hauteur. Lire la suite

Critique et analyse – Vivre et laisser mourir

vivre-et-laisser-mourir-1973-15-g

  • Date de sortie : 21 décembre 1973 (2h01)
  • Réalisateur : Guy Hamilton
  • Avec : Roger Moore, Jane Seymour, Yaphet Kotto, Clifton James, Julius Harris, Geoffrey Holder, David Hedison, Gloria Hendry, Bernard Lee, Lois Maxwell
  • Tous publics (France) Avertissement (États-Unis)
  • Allociné spectateurs : 3.3/5

Sean Connery quitte le costume du célèbre espion britannique avec Les diamants sont éternels,véritable succès international. Pour les critiques, Bond est mort mais celui-ci, fort heureusement, connait la résurrection, en témoigne le huitième opus de cette saga, Vivre et laisser mourir qui présente le nouveau visage de James Bond, Roger Moore, et instaure une nouvelle atmosphère propre aux années 1970. Lire la suite

Dossier – La plage dans les films

C’est l’été, le départ des vacances approche et nous retrouvons, enfin, le beau temps. La majorité des vacanciers aura choisi de se reposer au bord de mer, sur la plage. Une occasion en or d’analyser, après la Côte d’Azur, l’utilisation du décor naturel de la plage dans les films. Un motif très cher aux cinéastes, qui l’exploitent pour beaucoup de raisons. Certains, même, y sont très attachés, à l’image de Nanni Moretti avec Je suis un autarcique, Journal intime ou encore Bianca ou même François Ozon avec Sous le sable, Regarde la mer, Une robe d’été, Jeune et jolie et même Cinq fois deux, la fin précisément.

Capture d’écran 2015-07-03 à 12.01.32

Sous le sable, Une robe d’été, Jeune et jolie, Cinq fois deux, Ozon

Lire la suite

Dossier – San Francisco dans les films

San Francisco est une des villes les plus pittoresques des Etats-Unis, représenté très souvent au cinéma. Pourquoi tant de cinéastes tiennent-ils à filmer dans cette ville? San Francisco est une des seules villes qui suscite l’intrigue et sous-entend le mystère, l’énigme. La ville se compose d’une belle mosaïque de décors très variés : le port, la baie, les dédales de rues, les belles maisons, les collines environnantes. On retrouve aussi la Silicon Valley au sud de la ville, qui héberge un nombre important d’entreprises de renommée mondiale et au nord, la Napa Valley, connue pour le vin. L’intérêt pour la ville est renforcée par le fait qu’il s’agit aussi d’une zone à risque sismique élevé du fait de la présence de la faille de San Andreas. Cette dernière traverse la région de la baie de San Francisco du nord au sud. La ville déborde de symboles qui servent souvent de décors dans les films. On peut citer le Golden Gate, l’île et ancienne prison d’Alcatraz, la Transamerica Pyramid, la Coit Tower, les cables car. C’est véritablement un très grand foyer culturel, économique et touristique.

Capture d’écran 2015-03-07 à 08.40.28

Lire la suite