Le Mépris

Le Mépris.jpg

Pour son sixième long-métrage, Jean-Luc Godard adapte le roman d’Alberto Moravia, Le Mépris. Film culte, film universel, Le Mépris réunit Brigitte Bardot, Michel Piccoli, Jack Palance et Fritz Lang dans son propre rôle et à travers la déchéance d’un couple, s’interroge sur le cinéma et l’art en général.

Lire la suite

Publicités

Sully

Après une première demie-heure assez décevante, notamment parce que le récit à ce stade manque d’un véritable cap, la suite est bien meilleure. Le film trouve un rythme parfait et Clint Eastwood établit une formidable reconstitution. Sully est un film très bien maîtrisé, qui donne des frissons, qui revient sur un évènement qui méritait véritablement une adaptation cinématographique pour montrer la prouesse et le génie du pilote de cet avion. Le film permet d’en apprendre plus sur l’homme, sa vie, après l’amerrissage, et il retranscrit très bien l’épisode, avec beaucoup de tensions en une heure, alors que l’amerrissage n’a duré qu’environ cinq minutes, ce qui constitue un exploit. Tom Hanks, assez charismatique, livre une prestation forte. Une belle réussite.

sully-tom-hanks.jpg

Alliés

Contrairement à ce que disent beaucoup de presses, le nouveau film de Zemeckis est réussi. Même si le récit est perfectible, puisque l’on aurait voulu encore plus de tensions lors de la deuxième partie, comme le promettait la bande-annonce, il n’en est pas moins intéressant. Bénéficiant d’une mise en scène solide, d’un mélange des genres intéressant – romance, drame, thriller –, il réunit un duo d’acteurs fascinant, le magistral Brad Pitt et l’épatante Marion Cotillard naturellement ambigüe. Un film haletant, puisque l’on ne s’ennuie jamais, émouvant, convaincant donc.

Allies.jpg

Le Client

Le nouveau film d’Asghar Farhadi, doublement récompensé à Cannes, est fantastique. Sous forme de thriller, ce qui en fait sa force, ce mélodrame a le génie de proposer suspens et tensions dans un univers théâtral, mise en abîme intéressante notamment lors du dernier acte du film très théâtral en huis-clos rappelant Elly. Certes on aurait voulu peut-être un peu plus de tensions, mais Le Client est avant tout un mélodrame et propose une complexité des relations intéressantes à étudier, des dualités psychologiques fascinantes, des sentiments émouvants, et tout de même, une tension psychologique bien présente entre les personnages. Les acteurs sont fantastiques, Shahab Hosseini et Taraneh Allidoosti forment un duo incroyable. Dès le début, Farhadi nous plonge dans un univers superbe. Avec Le Client, il frappe fort à nouveau. Incroyable! Espérons que ce soit le même cas pour son prochain film, dont le tournage est a priori prévu en Espagne avec un autre duo, Javier Bardem et Penelope Cruz.

Salesman.jpg

Tuer n’est pas jouer

Capture d’écran 2016-11-14 à 21.24.09.png

Premier opus avec Timothy Dalton, Tuer n’est pas jouer marque une rupture avec les précédents James Bond avec Roger Moore dans le rôle titre, toutefois une rupture qui reste moins marquée par celle du très noir et terrifiant Permis de tuer. Ce que cherche avant tout Tuer n’est pas jouer, c’est de poser de nouveaux jalons et atteindre un équilibre parfait, créer le film parfait avec peut-être, l’acteur parfait.

Lire la suite

Doctor Strange

Meilleur que prévu, Doctor Strange bénéficie d’un univers vraiment intéressant, et surtout, d’un visuel épatant. Les effets visuels sont réussis et le travail numérique est incroyable, même si forcément rend le film plus « numérique » que « cinématographique » à cause de ses fonds vert. C’est donc un spectacle très divertissant, mais on regrette tout de même le manque de profondeur de l’histoire, le manque d’intérêt pour les personnages – surtout celui de Mads Mikkelsen pourtant grand méchant de l’histoire – qui rendent l’histoire finalement moins intéressante. Le film aurait pu avoir une puissance narrative, être donc plus ambitieux encore si l’écriture était plus profonde et si la réalisation du film était plus personnelle.

698123.jpg

Inferno

Hélas, trois fois hélas, et malgré un rythme haletant, Inferno se révèle décevant. Le scénario, dans sa volonté d’atteindre, artificiellement, une complexité, voire, une confusion certaine, déçoit. Il manque de mystériosité et ne présente que des prétextes pour laisser place à une course contre la montre. De plus, il n’évite pas de nombreuses incohérences, des seconds rôles très décevants comme celui d’Omar Sy, des flashback trop nombreux à effets pénibles, certains répétés identiquement en plus. Cette visite guidée reste intéressante toutefois pour ses lieux touristiques, malheureusement trop de fois interrompue par des cartons de titre présentant lieu et heure, faisant rappel à cette course contre la montre style 24, mais vraiment inutiles. Bénéficiant d’une musique décevante de Zimmer, Inferno est finalement un mélange entre un mauvais Sherlock Holmes, un Mission : Impossible bas de gamme et un plutôt bon Benjamin Gates. Restent des acteurs qui sont pour la plupart convaincants mais surtout un final indépendamment très palpitant et très réussi, formant un bon divertissement.

Inferno-Poster-3.jpg

Mr Wolff

Finalement, Mr Wolff est un film assez décevant. Et c’est bien dommage puisqu’il présentait beaucoup de potentiels. Malgré des personnages intéressants, une histoire séduisante sur le papier, quelques petites scènes d’action très bien maitrisées, le film ne va pas très loin, manquant de cap, de véritable direction narrative. Le film se perd par moments, bénéficiant de trois parties dont seulement la deuxième est palpitante, les deux autres très lentes et manquant d’intérêt. On aurait voulu une atmosphère plus oppressante, un récit mieux tourné, plus de suspens… Et malheureusement l’intrigue n’écarte pas de nombreux clichés. Restent des acteurs convaincants.

capture-decran-2016-11-09-a-19-50-45

Miss Peregrine et les enfants particuliers 

Après Big Eyes, Tim Burton revient avec un divertissement spectaculaire. Bénéficiant d’un récit assez original avec une galerie intéressante de personnages, de l’épatante, émouvante, magistrale – mais bien trop peu présente – Eva Green, le film se révèle comme un excellent divertissement… Mais on aurait peut-être voulu une atmosphère moins spectaculaire, moins artificielle, au profit d’un film plus sombre et plus étrange. À voir, et vite, pour sa qualité et son originalité (et aussi son actrice).

Bridget Jones Baby

Je conseille vivement d’aller voir Bridget Jones Baby, c’est avec joie que l’on retrouve le personnage pour un épisode très délirant, à la fois léger et touchant, malgré quelques petites longueurs au début.  Renée Zellweger, Colin Firth et Patrick Dempsey (et on n’oublie pas la superbe Emma Thompson) forment un trio d’acteurs formidable pour composer un très beau spectacle.

Bridget-Joness-Baby.jpg