Critique et analyse – The American

The-American

  • Date de sortie : 27 octobre 2010 (1h43)
  • Réalisateur : Anton Corbijn
  • Avec : George Clooney, Violante Placido, Thekla Reuten, Bruce Altman, Paolo Bonacelli
  • Tous publics (France) R (États-Unis)
  • Allociné spectateurs : 1.9/5
  • Allociné presse : 3.5/5

On s’intéresse aujourd’hui au film The American, sorti il y a quelques années, pour la virtuosité de sa réalisation car il s’agit avant tout d’un film d’atmosphère avec le minimum d’action, le minimum de décors, le minimum de dialogues… et pourtant on ne s’ennuie jamais.

19481339.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

On retrouve dans The American un George Clooney « en exile », tueur à gage expérimenté, fuyant lui aussi des tueurs à gage qui veulent à tour prix le tuer. En exile dans un village pittoresque des Abruzzes en Italie. Seul, ou presque, il mène sa dernière mission, celle de préparer un fusil de précision pour une femme mystérieuse, une mystériosité à l’image du film, de son atmosphère, de son village et de ses habitants comme de ses ruelles escarpées qui cachent et dissimulent des silhouettes menaçantes. On pardonnera les quelques incohérences du scénario – ainsi qu’une fusillade finale intense mais malheureusement très courte – car c’est véritablement cette atmosphère glaciale et funèbre, mélange subtil de mélancolie et d’ambiguïté, qui prime et représente le centre d’intérêt du film.

19481346

C’est dans ce cadre envoûtant que l’américain – au passage homme sans nom ou aux nombreux surnoms, comme d’autres, chez Leone par exemple -, antihéros sombre et mystérieux, à la fois silencieux, calme et agressif rencontre des êtres solitaires et troubles. Ce n’est donc même pas l’évolution des personnages qui intéresse ici, sauf peut-être celle du personnage principal qui reste toutefois prévisible, mais bien leurs comportements par rapport aux autres dans l’instant présent, ici, dans ce village froid et menaçant des Abbruzes. C’est ce qui découle d’ailleurs de presque toutes les scènes : chaque scène est indépendante des autres passées ou d’autres à venir, car la plus importante est celle qui est en train de se dérouler, permettant le film de s’inscrire dans le présent à chaque seconde, et donc au spectateur de ne jamais s’ennuyer. George Clooney a ici un de ses meilleurs rôles en jouant ce rôle froid et dur, tout en étant attachant. Un bel essai.

  • Réalisation : 8.5/10
  • Scénario : 6.5/10
  • Casting : 10/10
  • Musique : 7/10
  • Ambiance : 9/10

Film : 8.5/10

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s