Critique et analyse – Infidèle

mdP4XVSJ9lfCK8PJYYrttVmZ9Xz.jpg

  • Date de sortie : 5 juin 2002 (2h05)
  • Réalisateur : Adrian Lyne
  • Avec : Richard Gere, Diane Lane, Olivier Martinez, Chad Lowe, Margaret Colin
  • -12 ans (France) -17 ans (États-Unis)
  • Allociné spectateurs : 2.6/5
  • Allociné presse : 2.8/5

Après l’analyse de Liaison fatale et la comparaison de certaines perspectives avec d’autres films, de Lyne ou bien avec Michael Douglas, nous nous concentrons ici uniquement sur le cas d’Infidèle, autre film de Lyne avec Richard Gere et Diane Lane. Lyne traite une nouvelle fois de son thème favori mais développe différemment les processus mis en jeu.

infidèle.jpg

Edward et Constance Summer habitent dans la banlieue bourgeoise et harmonieuse de New York dans une vaste demeure qui sent bon l’ordre et la sérénité. Un jour, un vent violent pousse littéralement Connie dans les bras d’un jeune étranger, Paul Martel, négociant en livres rares. Peu à peu, Connie va céder à ses désirs.

unfaithful-2002-02-g.jpg

Le scénario est intéressant et évite le schéma habituel. Il s’agit de deux individus à la vie, a priori, normale et plongés soudainement dans un enfer. Comme dans Liaison fatale, Lyne montre au début du film la maison harmonieuse, la famille qui vit une belle vie dans un confort optimal. Le processus d’envoûtement est très court, voire même instantané, et entraine le dérapage de la femme puis, tout de suite après, celui de l’homme, ce qui aboutit aux regrets et la reproche de la culpabilité. C’est bien le passage entre dérapage et détérioration ainsi que toutes ses conséquences qui représente l’intérêt du film. Reprenons l’intrigue depuis le début. Connie est séduite par Paul qu’il rencontre dans une rue – et non une réception – lieu assez anodin qui insiste sur le fait que cette rencontre pouvait tomber sur n’importe qui au final. Elle s’engage ensuite dans une passion interdite, trahissant son mari, il s’agit du premier processus de détérioration. Peut-elle renoncer à sa vie si confortable pour le séduisant Paul? Non, puisqu’elle considère seulement Paul comme un fantasme, un rêve mais qui devient de plus en plus encombrant dans sa vie. Après son dérapage qui a entrainé sa détérioration durant la première partie du film, elle renonce finalement à sa liaison.

infidele-2002-11-g.jpg

Malheureusement, les conséquences ne sont pas du tout limitées. Sa détérioration a amené celui de son mari, encore plus grave avec des conséquences plus lourdes. L’acte fatale d’Edward montre que le dérapage est très dangereux et que la perte de contrôle ne doit jamais avoir lieu. Ici, la perte de contrôle état au début de la détérioration d’Edward, elle entraine des conséquences beaucoup plus graves que chez sa femme avant, puisqu’il y a meurtre. Infidèle, c’est un film sur la peur, le désespoir, la paranoïa. A travers cette tragédie conjugale, on se demande si Richard Gere pourra se sortir d’un piège implacable qu’il s’est crée lui-même. Son auto-destruction vient à nous demander comment il fera pour échapper à une telle situation, lui, qui au départ du récit était le personnage le plus innocent parmi les trois protagonistes et qui a renversé sa place dans l’échiquier. Tous deux vont donc se mentir et se cacher des choses. Mais, la seule solution pour aider Edward reste toujours son couple, qui se renforce grâce à ce combat rude et affreux. Au final, ce sera sa femme qui le sauvera d’une certaine manière, comme dans Liaison fatale. Leur complicité devient donc de plus en plus forte à travers cette lutte, et c’est aussi tout l’intérêt du film.  Le dernier plan, paradoxal, montre toutefois un avenir incertain bien que rassurant : on devine la fuite du couple au Mexique.

infidele-2002-08-g.jpg

Tous les problèmes des deux personnages trouvent donc leur explication dans une même source : ne pas succomber à la tentation, telle est la maxime du film. Les acteurs sont exceptionnels et interprètent avec une force incroyable les personnages. Richard Gere, excellent choix car innocent de premier abord, est magistral et montre tout son talent, variant d’attitude entre la première et la deuxième partie. Il épaissit le personnage et son charisme apporte beaucoup de profondeur et de mélancolie au personnage. Une interprétation incroyable. Diane Lane est magique aussi, entre la tentation éprouvée envers son amant et le désir de ne pas déraper. Son jeu est superbe, très en accord avec celui de Richard Gere. Elle se montre également magnifique durant la deuxième partie, apportant des touches de mélancolie. Enfin, Olivier Martinez, le grand séducteur, apporte quelques touches d’érotisme mais surtout interprète bien son personnage quelque peu cynique et provocateur. Adrian Lyne propose une belle réalisation, même si toujours inégale, mais l’ensemble reste très satisfaisant. La musique est assez réussie, proposant parfois des pistes sonores plutôt intéressantes, comme The obsession, très réussie.

infidele-2002-07-g

Un film très intéressant sur la perte de contrôle, porté par d’immenses acteurs et un scénario plutôt intelligent qui fait la part belle au développement psychologique des personnages.

  • Réalisation : 8/10
  • Scénario : 8/10
  • Casting : 10/10
  • Musique : 8.5/10
  • Ambiance : 8.5/10

Film : 8.5/10

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s