Critique et analyse – L’arme fatale

Capture d’écran 2015-08-13 à 12.14.08

  • Date de sortie : 5 août 1987 (1h50)
  • Réalisateur : Richard Donner
  • Avec : Mel Gibson, Danny Glover, Gary Busey, Mitchell Ryan, Darlene Love, Traci Wolfe
  • -12 ans (France) -17 ans (États-Unis)
  • Allociné spectateurs : 3.9/5
  • Allciné presse : 3.8/5

Revenons aujourd’hui sur un film que j’aime particulièrement, le premier opus de L’arme fatale. Shane Black, le scénariste, s’associe avec le réalisateur Richard Donner pour créer la référence du buddy movie, en inventant presque le genre, même si certains films policier avec des personnages opposés étaient déjà sortis avant 1987. Dans cette analyse, nous montrerons en quoi ce premier opus est tant différent des suivants.

PRV042498 LETHAL WEAPON II - HANDOUT TRANSPARENCY - MOVIE - Mel Gibson and Danny Glover in Lethal Weapon II. [PNG Merlin Archive]

Deux policiers de Los Angeles, Martin Riggs et Roger Murtaugh, se retrouvent coéquipiers sur une même affaire. Les deux hommes, aux caractères totalement opposés, enquêtent sur le suicide mystérieux d’une jeune femme, fille d’un ancien ami de Murtaugh. Ils vont vite comprendre qu’il s’agit d’un complot plus vaste.

lethal-weapon-1987

On oublie souvent que le premier opus est un film policier très sérieux et plus noir que ses suites. Il développe non seulement des tourments qui accroissent la psychologie de son personnage mais aussi une enquête difficile sur le suicide d’une jeune femme droguée. L’intrigue aborde des thèmes noirs non propices à un film comique, telles plusieurs tentatives de suicide, des luttes violentes, de la torture et des scènes puissantes et choquantes. Bien qu’il y ait de l’humour, L’arme fatale est un véritable polar. Il faut relever un excellent équilibre formé par Shane Black, qui apporte la dose suffisante en humour, ni trop ni peu, lequel est en plus naturel et non provoqué. Ce premier opus est également le seul qui se focalise pleinement sur ce duo magistral et sublime, puisque le conflit entre les deux personnages disparaît dans les prochains volets. L’atmosphère noire y manquera également tout comme les tourments psychologiques des personnages au profit d’un humour qui domine. En somme, c’est le réalisme qui décroitra dans les prochains opus. Shane Black écrit deux personnages que tout oppose, propice à un humour très intéressant. Ils sont certes différents physiquement, l’âge, la couleur de peau, les vêtements mais agissent de manière totalement opposée, l’un est vigilant et agit avec méthode alors que l’autre est agressif et improvise. Alors que Murtaugh croit en des valeurs familiales, ayant une famille modèle et touchante, Riggs est solitaire, vivant dans sa caravane en compagnie de son chien. Black, ici, a une idée géniale et écrit également une très belle relation, digne d’intérêt, puisque Murtaugh rejette tout d’abord son partenaire puis le traite tel son fils. Le duo est magistral.

B7R5K5 L arme fatale Lethal Weapon Annee 1987 usa Mel Gibson Realisateur Richard Donner

Le duo formé, également, par Shane Black et Richard Donner se révèle très efficace. Le récit bénéficie d’une excellente structure, dotée d’un véritable suspens. La complexité de l’enquête est mise en exergue au fur et à mesure. Les dialogues, aussi, sont très bien écrits et ajoutent de la consistance aux personnages. Richard Donner privilégie une réalisation très bien maîtrisée, avec de très bons plans, notamment dans le dernier tiers. Le film propose des scènes de tension remarquables et une fin superbe qui change par rapport aux autres films du moment. Il ne s’agit pas de gunfight, si l’on ne relève pas la superbe scène du désert – et encore – mais d’une poursuite très originale dans les rues de la ville entre un Riggs coureur de l’extrême et un méchant totalement en panique et en rage. Cette scène de poursuite est exceptionnelle, superbement bien montée. Les acteurs, bien évidemment, sont exceptionnels. Mel Gibson et Danny Glover sont grandioses, mais relevons aussi l’excellent Gary Busey en méchant très charismatique, il suffit d’un seul plan pour le rendre effrayant pour tout le reste du film. Á relever aussi un très bon jeu de la part de Darlene Love, séduisante dans le film. Notons aussi une bande originale de Michael Kamen et Eric Clapton formidable qui s’associe magnifiquement bien avec le duo formé ainsi qu’avec l’atmosphère que dégage Los Angeles.

Lethal_weapon_1_1080_2_large

Le film policier par excellence? Le débat reste ouvert et quoi qu’il en soit, L’arme fatale est un film pilier, réunissant un récit digne d’intérêt, des personnages très approfondis ainsi qu’une ambiance noire. Les prochains opus sont certes réussis mais n’atteindront jamais cette réussite grandiose.

  • Réalisation : 9.5/10
  • Scénario : 9.5/10
  • Casting : 10/10
  • Musique : 10/10
  • Ambiance : 10/10

Film : 10/10

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s