Critique – Valley of love

valley-of-love-affiche-939790

  • Date de sortie : 17 juin 2015 (1h32)
  • Réalisateur : Guillaume Nicloux
  • Avec : Isabelle Huppert, Gérard Depardieu,
  • Tous publics 
  • Allociné spectateurs : 3.5/5
  • Allociné presse : 3.4/5

Valley of love de Guillaume Nicloux était le film d’ouverture du Champs-Élysées Film Festival, projeté mardi soir. Il réunit deux acteurs au potentiel très intéressant, Gérard Depardieu et Isabelle Huppert. La bande-annonce, excellemment bien montée, annonçait bien un chef-d’oeuvre, un film atypique très intriguant. Atypique, le film l’est mais il possède également des faiblesses.

ValleyOfLove-4

Le scénario possède beaucoup de faiblesses, heureusement vite compensées par des atouts. Le récit est assez lent, tout en épargnant l’ennuie pour le spectateur heureusement. L’intrigue n’est pas au point, après plusieurs facilités scénaristiques au début du film, c’est bien l’argument surnaturel qui est très peu travaillé. Le récit regorge de très bonnes idées avec beaucoup de potentiel mais gâchées en quelque sorte puisqu’il ne fait que les exposer et ne va pas jusqu’au bout de l’idée. Cela permet certes au spectateur d’imaginer ses propres versions du film, mais ici c’est bien trop excessif, le scénario ne se donne pas du mal. L’argument surnaturel s’évapore même et ne devient plutôt qu’un enrobage que le véritable enjeu du film, et c’est bien dommage. Le scénario est passé à côté des véritables enjeux. Mais, l’écriture présente heureusement quelques atouts. Il faut dire que ce voyage surnaturel permet de suivre des trajets individuels intéressants, grâce à une belle écriture des personnages, lesquels sont Gérard et Isabelle, acteurs. L’écho avec le réel est alors troublant et intéressant. Les personnages ont bien un vécu et leur méditation sur leur passé est digne d’intérêt. Ce pèlerinage désertique permet également de représenter un duel d’égos, l’invitation posthume intrigue et fait douter Gérard alors qu’Isabelle est bien moins sceptique. Enfin, les répliques simples permettent aussi d’ajouter du comique par moments.

ValleyOfLove-6

Le film bénéficie d’une interprétation excellente. Le duo formé par Gérard Depardieu et isabelle Huppert est en total symbiose, pour notre plus grand plaisir. L’amour n’est pas véritablement éteint et les deux acteurs privilégient un ton intime, manifestant de la tendresse entre eux. Isabelle, rongée par les remords, est en quête du pardon, le film devient un drame de l’intime. L’évolution du couple, au fil de la semaine, est également intéressante puisque les acteurs s’adaptent progressivement l’un à l’autre. Enfin, le film suscite l’émotion grâce à son interprétation, on peut bien entendu retenir cette scène magistrale très riche en sentiments qui se déroule dans le canyon, dans laquelle on ressent même des frissons, lorsque Huppert se met à crier, le numéro d’acteur est époustouflant.

ValleyOfLove-3

La réalisation de Guillaume Nicloux est à la fois sobre et intéressante. Nicloux réussit à rendre le film à la fois très simple et très mystérieux, alors que ce dernier point est bien négligé par le scénario, on l’a dit. Il rend véritablement le film surprenant, c’est même une expérience insolite et originale. Les travellings en plan-séquence permettent d’accroitre le malaise en suivant de près ces personnages, qui subissent une chaleur accablante présente du début à la fin. Lors de l’avant première au festival, le réalisateur a confié que les températures avaient atteint 60 degrés, un record de chaleur depuis 1924. Nicloux fait une excellente utilisation de la couleur locale, le désert, région inhospitalière, mettant en exergue la pesanteur du lieu ainsi que l’oppression. Le paysage devient même un troisième personnage, constituant une mosaïque fascinante composée du motel pour touristes, cet oasis artificiel au milieu du parc appelée Furnace Creek ainsi que des étendues désertiques qui montrent la perdition des personnages dans une vastitude terrifiante. L’utilisation de The Unanwered Question  de Charles Ives est très intelligente puisque la partition envoûte littéralement le film. utilisée à trois reprises de manière intelligente, elle ajoute beaucoup de matière, même une nouvelle dimension au film, enrichissant l’oeuvre et intensifiant le malaise.

Capture d’écran 2015-06-11 à 23.31.12

Valley of love est une belle réussite, une oeuvre originale qui réunit des acteurs exceptionnels ainsi qu’un réalisateur intelligent. Malheureusement, malgré les atouts de l’écriture, le récit peut finir par décevoir.

  • Réalisation : 8/10
  • Scénario : 5/10
  • Casting : 9.5/10
  • Musique : 8/10
  • Ambiance : 7/10

Film : 7.5/10

Pour finir cette critique, je vous propose quelques photos personnelles de la Vallée de la Mort, qui proviennent d’un voyage il y a six ans.

DSC00428

DSC00449

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s