Critique – The Voices

The-Voices-affiche

  • Date de sortie : 11 mars 2015 (1h49)
  • Réalisatrice : Marjane Satrapi
  • Avec : Ryan Reynolds, Gemma Arterton, Anna Kendrick, Jacki Weaver
  • – 12 ans (France) – 17 ans (Etats-Unis)
  • Allociné spectateurs : 3.4/5
  • Allociné presse : 3.5/5

La réalisatrice franco-iranienne, Marjane Satrapi, sort de l’ombre avec son dernier film, à la fois surprenant et audacieux, The Voices. Marjane Satrapi aborde le thème très convoité des serial killer mais opte un traitement tout à fait nouveau et original, entre le délire et l’horreur.

the-voices-ryan-reynolds-gemma-arterton

Jerry vit à Milton, petite ville américaine bien tranquille où il travaille dans une usine de baignoires. Célibataires, il n’est pas solitaire pour autant dans la mesure où il s’entend très bien avec son chat, M. Moustache, et son chien, Bosco. Jerry voit régulièrement sa psy, aussi charmante que compréhensive, à qui il révèle un jour qu’il apprécie de plus en plus Fiona, la délicieuse comptable qui travaille à l’usine. Bref, tout se passe bien dans sa vie plutôt ordinaire, du moins tant qu’il n’oublie pas de prendre ses médicaments.

the-voices

Le scénario offre une virée intéressante dans un cerveau dérangé. Il propose un contraste intéressant entre un monde irréel déjanté et un monde réel tragique. Entre rire et frisson, ce contraste contribue à mettre le spectateur mal à l’aise et à éprouver de la sympathie envers d’un tueur en série. Le décalage entre les deux mondes est assez intéressant, même si on peut regretter que les scènes réelles n’interviennent pas souvent, ce qui aurait pu ajouter encore plus de tensions et d’inquiétudes. En somme, l’intrigue du film montre que la barrière entre le bien et le mal est très petite ainsi que l’importance de l’éducation des enfants. Cependant, il n’est pas non plus exceptionnel et présente des défauts. Certes, le premier tiers est assez comique mais le récit est constitué des mêmes cycles qui se répètent, l’ensemble s’essouffle vers la moitié du film à cause d’une certaine linéarité du récit, aboutissant à une fin peu originale et assez convenue. The Voices est un film dans lequel il ne se passe pas grand chose, sans tout de même ennuyer le spectateur puisque l’exploration psychologique est très bien traitée. On regrettera aussi l’absence véritable d’enjeux, c’est à dire l’absence de risques ou d’enquête. Dans le même genre (sans toutefois la touche comique et déjantée), on préférera le scénario de Mr Brooks avec Kevin Costner qui réussit mieux la profondeur psychologique.

thevoiceshq2-jpg

Marjane Satrapi, malgré un scénario qui présente des défauts, réussit son pari. Son traitement est original et nouveau. La réalisation du film prime et met en valeur un scénario qui peut parfois tirer l’ensemble vers le bas. Le mélange entre l’univers coloré digne d’une bande dessinée et l’univers plus gore et horrifique bénéficiant d’une violence brutale et graphique est très intéressant et bien traité de la part de la réalisatrice, même si certaines séquences horrifiques auraient pu prendre une ampleur plus grave et plus marquée. Tout de même, Marjane Satrapi et son directeur de la photographie arrivent à instaurer une véritable ambiance, et ce sans l’utilisation d’images de synthèse, ce qui montre la possibilité de faire bien, même très bien sans faire recours à cette méthode. On notera une parenté surprenante avec Psychose : motif du meurtre bien entendu mais aussi de la dualité, la mère et la maison. Petite déception pour la bande originale sauf la piste Sing a happy song, géniale, qui accompagne le générique de fin. Le montage, lui, est très bien travaillé et réfléchi, mettant en valeur les compagnons de Jerry. On retiendra par ailleurs aussi un générique de fin totalement hallucinant, sûrement un des meilleurs du cinéma, qui reste peut-être la meilleure scène du film.

voices_comp

Le casting est très bon. Ryan Reynolds interprète de manière très subtile et fine le personnage et sa dualité tragique, il s’avère véritablement couchant et inquiétant. Ce n’est pas un rôle facile, et il le joue très bien, même si on a pu voir auparavant des dualités de tueurs en série mieux interprétées, comme l’exceptionnel, le magistrale et unique Kevin Costner dans Mr Brooks. Ryan Reynolds est tout de même bluffant. A ses côtés, j’ai été moins convaincu par Gemma Arterton qui propose une prestation honorable et très convaincante, peut-être à cause de Gemma Bovery dans lequel elle brillait l’année dernière. L’actrice propose une palette d’émotions très intéressante et sait surprendre. Anna Kendrick est excellente. Il faut dire que la direction des acteurs de la part de Marjane Satrapi est excellente. Il ne faut pas non plus oublier les deux compagnons de Ryan Reynolds, surtout le chat, M. Moustache, la véritable surprise du film, un chat exceptionnel qui bénéficie d’un accent écossais irrésistible et que l’on attend impatient pour qu’il intervienne dans le film.

the-voices-anna-kendrick-ryan-reynolds-1

Audacieux, le pari est réussi pour Marjane Satrapi pour réaliser ce film déjanté, proposant un nouveau traitement très original pour ce thème. Le film bénéficie d’autres grands atouts comme des acteurs fascinants ou d’une profondeur psychologique intéressante. Cependant, les quelques défauts du scénario tirent parfois le film vers le bas.

  • Réalisation : 8/10
  • Scénario : 4.5/10
  • Casting : 8/10
  • Musique : 6/10
  • Ambiance : 7.5/10

Film : 7/10

Publicités

2 commentaires

  1. le cinema avec un grand A · mars 29, 2015

    ça été une bonne petite surprise pour moi ce film =)

    Aimé par 1 personne

  2. Pingback: 2015 au cinéma : Blockbusters Wars | Fenêtre sur écran

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s