Critique – Kingsman : services secrets

Kingsman-services-secrets-affiche

  • Date de sortie : 18 février 2015 (2h9)
  • Réalisateur : Matthew Vaughn
  • Avec : Colin Firth, Samuel L. Jackson, Taron Egerton, Mark Strong, Michael Caine, Sophia Cookson
  • Avertissement (France) – 17 ans (Etats-Unis)
  • Allociné spectateurs : 4.4/5
  • Allociné presse : 3.9/5

Kingsman : services secrets est un de ces films que l’on adore regarder ou que l’on déteste littéralement. Je fais peut-être exception à la règle en disant que je n’ai ni adoré ni détesté : je suis très mitigé. Alors que le film était bien parti en première partie, une énorme faute de goût impardonnable gâche toute la lancée. Le film devient même une arnaque.

Capture d’écran 2015-03-01 à 00.02.10

Kingsman, l’élite du renseignement britannique en costumes trois pièces, est à la recherche de sang neuf. Pour recruter leur nouvel agent secret, elle doit faire subir un entraînement de haut vol à de jeunes privilégiés aspirant au job rêvé. L’un deux semble être le candidat «imparfaitement idéal» : un jeune homme impertinent de la banlieue londonienne nommé Eggsy. Ces super-espions parviendront-ils à contrer la terrible menace que fait peser sur le monde l’esprit torturé du criminel Richmond Valentine, génie de la technologie?

Capture d’écran 2015-03-01 à 00.02.35

Alors que le scénario paraissait intelligent et efficace en première partie, suite à une faute de goût au milieu du film, il ruine tout. Toute la lancée est cassée, et cette faute de goût très mauvaise, impardonnable, fait propager encore d’autres fautes de goût qui infectent le film malheureusement. Mais alors, quelle est cette faute de goût? Il suffit de voir la bande annonce, l’affiche pour voir apparaître en premier lieu le nom de Colin Firth, l’acteur considéré principal du film. Il n’en est rien, Colin Firth s’efface durant toute la deuxième partie. Son effacement entraîne la déception la plus pure et la plus intense. Alors que l’acteur portait véritablement un film intéressant, celui-ci devient un divertissement presque stupide. Il n’y a même pas de retour de l’acteur, rien. C’est une arnaque. Dès le début, on attendait à ce que Colin Firth mène l’enquête, participe à des bastons et confronte le méchant. Son personnage ne fait que les choses qu’à moitié, faute de goût immense ! Cette disparition entraine d’autres fautes de goût, alors que celles de la première partie étaient camouflées par l’acteur au jeu très subtil et inspiré. Le film devient même agaçant par moments. Tout d’abord la partie sur la compétition entre apprentis espions est du déjà-vu, sans intérêt. Elle consacre beaucoup de temps pour montrer une métamorphose d’un petit délinquant à un espion d’un intérêt zéro. On a vu beaucoup mieux dans ce style, je pense notamment à La recrue avec Al Pacino et Colin Farell dont je garde un bon souvenir, même si ça fait un bail que je ne l’ai pas vu, oubliant même les acteurs du film. Ce pitch sans intérêt veut susciter l’intérêt d’une réflexion sur l’intégration sociale. Vaughn déçoit et fait du déjà-vu, un déjà-vu d’un niveau bien inférieur à d’autres films. Mais la déception de l’écriture ne s’arrête pas là. Le film est censé être drôle, il est juste divertissant, certaines scènes sont amusantes mais la touche comique et déjantée n’est pas une réussite véritable. Le scénario convenu et négligé ne fait que relier les séquences d’action, trouve un rebondissement mal mené et surtout forcé qui ne crée aucun effet de surprise. L’écriture très moyenne néglige les confrontations verbales, d’un niveau assez faible. Je n’ai rien contre le second degré, au contraire, mais il doit bien être traité, comme dans les Red où il atteint un très beau niveau et qui permet d’avoir un film délirant. Dans Kingsman, le second degré est intéressant et prometteur, mais jamais à la hauteur. Enfin le film se vante de parodier les J.B. : James Bond, Jason Bourne et Jack Bauer jusqu’à un point que le chien se nomme J.B. Pourtant, il ne parodie rien, il fait juste des clins d’oeil, ce n’est pas de la parodie. La vraie parodie réussie, c’est les deux très bons Johnny English qui reprennent la même structure et ne fait pas de clins d’oeil. Kingsman, c’est plutôt un genre de film qui se rapproche des Red ou des Expendables, mais d’un niveau bien inférieur.

kingsman-05-gallery-image

Le casting est bien. Colin Firth est excellent, génial, interprète très bien cet espion élégant et dynamique. Son jeu est subtil, digne d’intérêt. Il porte le film à un point qu’il arrive à cacher tous ses défauts pour véritablement aboutir à une fiction déjantée. Mais dès lors que le scénario l’efface, toutes les réussites s’arrêtent, les défauts de la première heure apparaissent et s’accumulent avec celles de la deuxième. Michael Caine est aussi très bon. Mais le film ne profite pas assez de ces deux acteurs, effaçant le premier et utilisant le deuxième avec un tour forcé et mal mené. Samuel L. Jackson qui est malheureusement en roue libre totale, arrive tout de même à proposer un jeu très intéressant et dynamique. Son jeu est très intéressant et permet quelque peu de compenser l’effacement de Colin Firth en deuxième partie. Le personnage de Mark Strong est très intéressant et l’acteur l’interprète avec beaucoup d’inspiration, le rôle le change de ses personnages récurrents et apporte un peu de fraîcheur dans sa filmographie. Taron Egerton joue bien mais il n’a certainement pas le charisme nécessaire pour remplacer Colin Firth et devenir l’acteur principal du film. Une faute de très mauvais goût.

Capture d’écran 2015-03-01 à 00.02.44

La réalisation, très inspirée, donne du rythme, même si elle contient des défauts par moments. Elle donne de l’énergie au film, le spectateur ne s’ennuie jamais pendant les deux heures, Vaughn est fort dans sa réalisation puisqu’il parvient à ne pas nous ennuyer malgré l’effacement de Firth. Les scènes d’action sont très bien réalisées, donnent beaucoup de dynamisme à l’ensemble mais le film s’approche du jeu vidéo lors de scènes de massacre, de morts en série qui ne servent à rien. On a l’impression que Vaughn veut décrocher le record du plus grand nombre d’hommes abattus. C’est ridicule, ces scènes, notamment celle de la chapelle, sont sans intérêt et même très ennuyeuses vers la fin. On préfère véritablement les bagarres à échelle plus restreinte, comme celle dans le pub, très intéressante. Les ralentis sont très bien faits et utilisés pour créer du dynamisme, mais Guy Ritchie fait un emploi de ralentis cent fois mieux dans les deux Sherlock Holmes. A cause de ces scènes de massacre, le film devient une comédie d’action bouffone. Inspiré, Vaughn l’est cependant moins pour certains plans, en quantité minime, comme celle du parkour. Sinon, il fait certainement dans ce film la meilleure publicité pour McDonald’s, le plat servi dans un palais, et n’oublie sûrement pas de citer les produits à plusieurs reprises. Les fautes de mauvais goût s’enchainent, avec l’apparition soudaine des fesses d’une princesse scandinave, à la limite d’un Loup de Wall Street. Autre faute de mauvais goût, certains écrans ou fonds verts sont trop visibles, je ne pense pas que l’équipe manque de technique mais que c’est une volonté artistique, une volonté qui, peu importe les circonstances, est toujours inutile et nulle. Le montage, surtout à la fin, est bien fait, même s’il reste classique. A noter des décors très intéressants, surtout lors de la première partie dans les scènes se déroulant à Londres. Enfin, la musique est réussie. Elle est très classique et peu intéressante lors de scènes d’action mais est beaucoup plus intelligente lors des scènes de dialogue, notamment avec Samuel L. Jackson. Henry Jackman et Matthew Margeson créent des pistes de progression, qui sont toujours réussies en général dans le cinéma et apporte beaucoup de dynamisme et d’intérêt puisqu’elles soulignent justement la progression du récit. Ces pistes de progression qui ne sont pas non plus les meilleures du genre, variant sur un même thème global, apportent une certaine fraîcheur au film et magnifient les personnages, surtout celui de Samuel L. Jackson.

Capture d’écran 2015-03-01 à 00.02.24

«Ce n’est pas ce genre de films», propos du film contre les J.B. pour vouloir se détacher, et oui, Kingsman, contrairement aux films qu’il souhaitait parodier, sombre. Malgré une réalisation inspirée, dynamique même si elle a des défauts et une interprétation solide, l’écriture casse tout l’ensemble et commet des fautes de goût, dont une qui reste impardonnable. Bon divertissement tout de même.

  • Réalisation : 6/10
  • Scénario : 2/10
  • Casting : 7/10
  • Musique : 7/10
  • Ambiance : 6/10

Film : 5.5/10

Publicités

6 commentaires

  1. Keyvan Sheikh · mars 1, 2015

    A reblogué ceci sur Fenêtre sur écran.

    J'aime

  2. Par contre il ne s’agit pas d’une parodie, ça n’a jamais été le but de ce film mais justement des clins d’oeil et des références. Il ne faut pas oublier que nous avons là l’adaptation d’un comics. Je te trouve un peu dur 🙂 Mais bon tous les goûts sont dans la nature et on ne peut pas tous être unanime ^^

    Aimé par 1 personne

    • Keyvan Sheikh · mars 2, 2015

      Je suis totalement d’accord avec toi, ce n’est pas une parodie, contrairement à ce que pense une grande majorité. La parodie, c’est reprendre la structure et non faire seulement des clins d’oeil (un film d’un registre complètement différent peut en faire sans être une parodie).
      Je me trouve aussi un peu dur, puisque le film reste un bon divertissement et les deux heures sont très amusantes et sympathiques, mais ces fautes de goût, comme l’effacement de Colin Firth, déçoivent.
      Enfin pour la question que tu poses sur ton blog, oui Valentine a aussi un espèce de cheveu sur la langue en VO mais l’interprétation reste très naturelle.

      J'aime

  3. Pingback: Fenêtre sur écran
  4. Pingback: Critique – Spy | Fenêtre sur écran
  5. Pingback: 2015 au cinéma : Blockbusters Wars | Fenêtre sur écran

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s