Critique – Exodus : Gods and Kings

425795

  • Date de sortie : 25 décembre 2014 (2h31)
  • Réalisateur : Ridley Scott
  • Avec : Christian Bale, Joel Edgerton, John Torturro, Aaron Paul, Maria Valverde, Golshifteh Farahani, Ben Kingsley, Sigourney Weaver, Ben Mendelsohn
  • Tous publics (France) – 13 ans (Etats-Unis)
  • Allociné spectateurs : 2.9/5
  • Allociné presse : 3.2/5

Ridley Scott, habitué des péplums, réalise l’exode des 600 000 esclaves d’Egypte menés par le prophète Moïse, interprété par Christian Bale. La majorité des critiques pénalisent le film, qui a été plutôt mal accueilli et a fait polémique, notamment en Afrique du Nord et aux Émirats. Alors, cet Exodus, est-il vraiment cette plaie cinématographique ou est-il alors le blockbuster biblique ultime?

exodus-kings-and-gods

Dans l’Égypte ancienne, deux princes, Ramsès et Moïse, sont élevés comme des frères. Mais lorsque Moïse découvre qu’il est en réalité un Hébreux et qu’il provient d’une famille d’esclaves, Ramsès l’exile. Pharaon, il force les Hébreux, esclaves du peuple, à dépasser leurs limites. Neuf ans plus tard, Moïse se fait convoquer par Dieu sur une montagne. Dieu lui demande de libérer son peuple. Moïse rassemble son peuple pour le conduire hors d’Egypte, l’exode se révèle rude et périlleux.

exodus-battles

Le scénario n’est pas à la hauteur. Il est un peu brouillon mais il évite pourtant des facilités. Il réadapte l’adaptation du récit biblique, ce qui donne parfois de bonnes idées comme de très mauvaises. Par exemple, Dieu personnifié en petit enfant est ridicule, c’est une idée très mauvaise, décevante qui brise le rythme à chacune de ses apparitions. Le scénario évite trop le mystère, finalement l’aspect mystique du récit et cherche trop la rationalité scientifique. Chercher la raison, le scientifique, c’est bien mais dans Exodus c’est trop, surtout à la fin, le réalisme gagne trop sur le religieux, le miracle. Il aurait fallu conserver plus le mystère, tout en gardant un peu cette rationalité scientifique. Le scénario vacille donc pendant tout le film entre u traitement sérieux du récit et une invention totale, d’où quelque peu cet aspect brouillon qu’on peut lui en reprocher. La première partie du film développe les enjeux de pouvoir, de famille et de trahison qui sont brillamment traités. Le scénario dresse un bon portrait de l’homme, Moïse, torturé entre sa foi et sa morale. Cependant on n’atteint pas le niveau psychologique espéré. L’exploration psychologique est bonne mais pas assez élevée. Ceci s’explique notamment par la négligence de certains personnages, la famille de Moïse par exemple, ce qui aboutit à l’absence d’attachement. Tout de même, le récit reste passionnant et la construction narrative est intéressante pour plusieurs passages.

exodus-gods-and-kings

L’interprétation du film est bonne. Christian Bale fait des prouesses, il arrive très bien à changer de registre, Batman en 2012, American Bluff en janvier 2014 et maintenant Moïse. Il joue à merveille ce rôle magistral. L’interprétation de Moïse dans le film est digne des plus grands et la touche de modernité, de fraîcheur qu’il apporte au personnage est géniale. Par contre, Joel Edgerton est moins convaincant. Pour les seconds rôles, on ne retiendra pas  vraimentSigourney Weaver, mais Golshifteh Farahani, très authentique. Ridley Scott parvient à nous transporter dans son monde, même si le film n’est pas parfait, loin de là. Il remplit son cahier des charges. Il privilégie des décors naturels et repousse le fond vert. L’univers du film est réaliste avec une image belle, moins dans la dernière partie que la première. Même si la réalisation reste conventionnelle, elle est réussie, notamment lors de l’exile de Moïse, une séquence poignante. Pendant 2h30, le spectateur est transporté. Scott aurait du rendre la dernière scène plus prenante, elle aurait du être mémorable avec une musique forte, grandiose, on s’attendait à une séquence qui allait rester inoubliable, ce n’est pas vraiment le cas. Dommage, l’extrait de la mer Rouge est quelque peu décevant, même si le nombre de figurants est impressionnant. La bande originale est convaincante mais aurait pu avoir un réel thème, ce qui n’empêche pas certaines pistes d’être réussies, comme Journey to the village qui accompagne très bien les beaux plans de l’exile de Moïse, ou encore We cross the mountains.

exodus-gods-and-kings-DF-00318_rgb

Même si tout n’est pas parfait, Exodus n’est pas la catastrophe que tout le monde critique, loin de là. C’est un vrai péplum, magistralement interprété par Christian Bale, qui parvient à nous transporter. Bien que le film est décevant parfois, il se révèle tout de même puissant, et ce, pendant les 2h30. Scott aurait pu l’allonger pour une amélioration nette et se pencher plus sur l’aspect mystique du récit.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s