Critique – Paddington

PADDINGTON_120.indd

  • Date de sortie : 3 décembre 2014 (1h35)
  • Réalisateur : Paul King
  • Avec : la voix de Ben Whishaw (Guillaume Gallienne VF), Hugh Bonneville, Sally Hawkins, Natalie Portman, Julie Walters, Peter Capaldi
  • Tou publics
  • Allociné spectateurs : 4/5
  • Allociné presse : 3/5

Quelle surprise! On ne peut être que très séduit par ce petit bijou. Alors que la période des fêtes s’approche, Paddington, film de Noël, est une véritable surprise, une heure trente de pure divertissement familial, le tout très bien dosé. Quels sont les éléments de la réussite du film?

movie_hero_resized_250614

Paddington raconte l’histoire d’un jeune ours péruvien fraîchement débarqué à Londres, à la recherche d’un foyer et d’une vie meilleure. Il réalise vite que la ville de ses rêves n‘est pas aussi accueillante qu’il croyait. Par chance, il rencontre la famille Brown et en devient peu à peu un membre à part entière.

Paddington-2014-Movie-hd-wall

Le scénario est intelligent. Il adapte à l’écran le personnage vedette de Michael Bond, créateur de l’ours depuis 1958 et auteur d’une longue lignée de livres pour enfants. Le scénario propose un excellent équilibre, des éléments très bien dosés, c’est vraiment son grand point fort. La famille est drôle, le père coincé, la mère artiste excentrique. Aucun personnage, même secondaire comme le voisin par exemple, n’est négligé. L’humour est très réussie, le film fait rire tout le monde, notamment grâce aux mésaventures, aux maladresses de l’ours qui aboutissent à des séquences burlesques, tendres, cocasses. Certaines scènes sont rocambolesques et extravagantes. L’intrigue n’est pas linéaire, au contraire, il alterne de manière permanente diverses ambiances. Certains petits détails sont très intelligents et amusants : le train dans le magasin d’apothicaire, le voisin amoureux, le père qui se déguise en femme de ménage. Chaque petit détail contribue à un ensemble génial, très bien dosé et donc, réussi. L’intrigue propose même un rebondissement, encore une fois intelligent, vers la fin, à noter qu’il emprunte beaucoup au 101 Dalmatiens.

574005.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Le casting est formidable. Hugh Bonneville joue très bien le père sévère au grand coeur. Sally Hawkins interprète très bien la fofolle. Julie Walters adopte une bonne interprétation. Peter Capaldi est excellent. Quant à Nicole Kidman, elle propose des péripéties parodiques. Elle remplit assez bien le contrat et propose un jeu qui a de la matière. De plus, sa coupe Louise Brooks lui réussit. Elle est calcultraice, détestable et surtout, reproduit l’exploit de Tom Cruise, son ancien mari, dans Mission : Impossible lors d’une séquence d’intrusion dont on ne révélera pas l’enjeu. Parce que Paddington s’inspire des films de la franchise, en plus de ces deux éléments : Kidman, la scène d’intrusion, il reproduit une autre scène, l’ascension de Hunt dans la tour Burj Khalifa, sous une musique semblable au thème sonore culte de la franchise. Pour la VF, Guillaume Gallienne propose une voix douce et sage. En somme, tous les acteurs sont en symbiose.

562960.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

La réalisation de Paddington menée par Paul King est intelligente. Certes peu novatrice, elle reste très inspirée. La vedette du film, l’ours, est placé toujours au centre. Paul King réussit avec brio à reproduire le charme des comédies londoniennes comme 4 mariages et un enterrement, Coup de foudre à Notting Hill, en somme, le charme mythique de Londres ainsi qu’une ambiance intemporelle qui nous renvoie à Mary Poppins. La mise en scène des premières scènes est intelligente. La mise en scène insiste sur les petits détails amusants, le train dans le magasin d’apothicaire, qui amusent vraiment le spectateur, quel qu’il soit. La photographie du film est belle et colorée. Les décors sont très beaux, voire somptueux comme le club des géographes et surtout, vrais, ils ne sont pas numériques : le gare, le marché aux puces… Le montage propose un très bon rythme. Quant aux effets spéciaux, ils sont époustouflants et montrent enfin une bonne utilisation du numérique. La création numérique est brillante, les mouvements et les expressions de Paddington sont authentiques. Ce travail formidable permet une grande variété d’émotions, bluffante. La musique aurait pu être meilleure si elle avait un thème mais les pistes que proposent Nick Urata se complètement plutôt bien et forment un ensemble jovial. Certaines pistes sont très réussies comme Thief Chase, piste excellente, et le petit nombre de chansons est très bien choisi, intelligemment encore une fois.

556143.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

Véritable surprise, Paddington est un film qui est destiné pour toute la famille et peut réunir des générations différentes. Le film a une véritable âme et ressuscite l’esprit des grands classiques Disney. Très intelligent, le film néglige aucun détail. Une pure réussite, un régal.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s