Critique et analyse – True Lies

  • Date de sortie : 20 août 2014 (2h7)
  • Réalisateur : James Cameron
  • Avec : Arnold Schwarzenegger, Jamie Lee Curtis, Bill Paxton, Art Malik, Tom Arnold, Charlton Heston
  • Tous publics (France) – 16 ans (Etats-Unis)
  • Allociné spectateurs : 3.2/5
True Lies. James Cameron. Arnold Schwarzenegger. Un film vu très jeune personnellement puis retrouvé des années plus tard. Sorti en 1994, ce film devient très rapidement culte en proposant un subtil cocktail d’humour et d’action superbement dosés. Alors que le mélange des genres est apparemment le premier atout du film, il ne faut pas oublier le casting de premier choix. 
 
Harry Tasker mène une double vie : alors que sa famille pense qu’il est représentant de commerce, il est en réalité un espion au service du gouvernement. Sa femme, lassée par ses absences, se laisse berner par un escroc. Alors qu’une nouvelle menace terroriste menace les États-Unis, Harry pense que sa femme le trompe et met au point un scénario pour la piéger et espère regagner son coeur.
 
Remake de La totale de Claude Zidi, True Lies est bien meilleur. le scénario propose le mélange des genres, exercice très difficile mais superbement réussi dans ce film, étant en même temps un film d’action et une comédie. Il ne s’agit pas d’ajouter de l’humour à un film d’action ou a contrario ajouter de l’action à une comédie. Le film doit être en même temps un film d’action et une comédie, donc avoir deux structures qui doivent se joindre. En ce sens le mélange des genres est très difficile pour obtenir un résultat satisfaisant. On retrouve dans True Lies deux parties bien distinctes et très différentes, sans pouvoir définir que la première est comique et la deuxième possède plus de cascades car la comédie et l’action se joignent pendant tout le long du film. Lors de la première partie, Harry a des doutes envers sa femme et met au point un scénario des plus loufoques pour la piéger et arrêter l’escroc qui la berne, Simon. Dans la deuxième partie, enlevé avec sa femme par les terroristes, il doit mettre fin à une menace terroriste. Le scénario propose également une profondeur de certains personnages intéressants, notamment Harry, Helen sa femme et Simon l’escroc. Harry cache à sa femme son vrai métier, et cette dernière a besoin d’une vie plus mouvementée, c’est pourquoi Simon arrive à la berner. L’escroc, en réalité vendeur de voitures, s’invente une vie pour faire tomber les femmes dans son piège. Ayant l’allure d’une femme stupide, Helen se veut finalement intelligente et surtout très émotive. Etant interprétée par l’excellente Jamie Lee Curtis qui a su mettre excellemment bien en valeur les caractéristiques de son personnage, plein de subtilité, Helen est un personnage fascinant. Je n’oublie autant pas la vedette du film, Arnold Schwarzenegger, désespéré au point même qu’il ne supporte plus les consolations de son collègue, prêt à tout pour arrêter Simon. Bill Paxton surjoue par moments même si relativement son jeu reste assez juste. Art Malik propose également un jeu juste et comme tous les autres personnages, est ancré un peu dans le comique. Le scénario propose trois voies dans le comique : d’abord bien entendu les dialogues qui sont très comiques, certaines situations très comiques, notamment un streap tease de folie, et aussi par le ridicule et l’irréalisme, volontaires, de la majorité des scènes d’actions. Certaines scènes sont inoubliables et cultes : le streap tease dans la chambre d’hôtel, Harry cognant Simon, la course-poursuite mythique à cheval dans un palace à Washington, Harry depuis l’hélicoptère essaie de soulever sa femme d’une voiture, qui tombe d’un pont, une lutte sur le toit d’un avion…
 
 
Un film culte des années 90 superbement bien dosé qui propose un cocktail fantastique d’humour et d’action, l’assume complètement, en plus d’un casting de premier choix, le mélange des genres est ici très bien réussi. Un film qui a beaucoup de qualités pour en faire un excellent divertissement.
Publicités

4 commentaires

  1. MaxLaMenace_89 · août 29, 2014

    Bon personnellement j'enleverais un point à la réalisation – dingue de voir Cameron laisser au montage autant de plans ratés et outranciers du cascadeur de Schwarzy – mais sinon je te rejoins complètement, film culte, fun et bourré de répliques cultes, et comme tu le dis très justement l'exagération presque burlesque de l'action 100% assumée. Vivement le blu-ray l'année prochaine !!!

    J'aime

  2. Keyvan Sheikh · août 30, 2014

    Oui surtout de la part de Cameron qui fait 25 000 fois la même prise…

    J'aime

  3. Pingback: Critique et analyse – L’expert | Fenêtre sur écran
  4. Pingback: Dossier – Danse et cinéma | Fenêtre sur écran

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s