Critique et analyse – Bodyguard

bodyguard-1992-a03.jpg
  • Date de sortie : 9 décembre 1992 (2h9)
  • Réalisateur : Mick Jackson
  • Avec : Kevin Costner, Whitney Houston, Gary Kemp, Bill Cobbs, Ralph Waite, Michele Lamar Richard, Mike Starr, Christopher Birt, Tomas Arana
  • Tous publics (France) – 17 ans (Etats-Unis)
  • Allociné spectateurs : 3.3/5
  • Allociné presse : 2.2/5
Après le chef d’oeuvre Danse avec les loups, l’excellente adaptation Robin des bois et l’ambitieux JFK, la période 1990-1992 représente les deux meilleures années de Kevin Costner qui la termine en beauté avec un autre film culte qu’est Bodyguard. Il forme un des meilleurs duos du cinéma avec la plus belle voix du monde, Whitney Houston.
bodyguard-1992-05-g.jpg
Frank Farmer, ancien agent des services secrets, est un garde du corps émérite qui a mis ses talents à la disposition de deux présidents et de nombreux financiers et politiciens de réputation internationale. Un jour l’impresario Bill Devaney lui propose un contrat avantageux pour assurer la protection de sa cliente Rachel, comédienne et chanteuse en pleine ascension, menacée par un fan inconnu.
 
bodyguard-06-g.jpg
Après 22 ans, le film n’a pas vieilli. Il a même rajeuni car le côté «début des années 90» apporte beaucoup de charme et n’est pas ringard comme c’était attendu. Le film a du rythme et un ton parfois noir notamment avec des images sombres. L’équilibre est excellent, entre love story et suspens policier avec en plus une petite touche d’humour  très réussie. Du suspens mais aussi beaucoup de tension, dans la relation entre les deux protagonistes mais aussi pour certaines scènes comme celle de la maison isolée dans la forêt, au bord du lac, en hiver. Le dénouement lors de la cérémonie des Oscars est assez gonflé. Le final est réaliste et original par rapport aux autres policiers du début des années 90. Le scénario a été écrit par Lawrence Kasdan en 1975 avec à l’esprit les vedettes Steve McQueen et Diana Ross. Mais l’histoire d’amour aurait pu être controversé et le projet n’est jamais venu à la lumière. Le scénario se focalise essentiellement sur les personnages et leur évolution, ce qui donne beaucoup de profondeur pour tous les personnages, sans exception, tant principaux que secondaires. 
bodyguard-1992-03-g.jpg
Le couple Costner/Houston est irrésistible. Lui est un homme de l’ombre, elle une vedette de la chanson et du grand écran. Costner offre une belle composition avec beaucoup de profondeur et en plus, l’acteur est très charismatique et attachant. Frank Farmer est émotionnellement fermé et ne peut pas se permettre d’avoir une liaison avec sa cliente. Le personnage de Whitney Houston, Rachel Marron, est très intéressant. Au début, elle est une simple tête à claque mais elle va vite se rendre compte du danger qui la menace. Farmer doit préserver sa vie mais elle veut rester dans la lumière des projecteurs. Leur relation est source de tensions, le changement de vie de Maron qu’impose Farmer est difficile. Houston est très à l’aise pour jouer un rôle au cinéma, son entrée en la matière passe par la grande porte. Les acteurs sont impressionnants. Gary Kemp, Bill Cobbs, Ralph Waite, Christopher Birt et Michele Lamar Richards proposent des prestations excellentes, pour des rôles secondaires, ils sont géniaux. Tomas Arana est très bon dans le rôle du méchant, on regrettera seulement qu’il ne joue que pendant 5 minutes tout au plus. 
 bodyguard-01-g.jpg
Bodyguard n’est pas Bodyguard sans la musique du film, en grande partie des chansons de Whitney Houston dont le tube I will always love you, présent deux fois mais chanté qu’une seule fois à la fin. Quant à la bande sonore, la partition d’Alan Silvestri est peu présente mais reste géniale avec un véritable thème principal qui joue sur les tons tristes. C’est la band originale la plus vendue à ce jour. la réalisation de Mick Jackson, alors peu connu, est excellente. La séquence d’introduction magistrale donne des frissons, avec en fond le thème de Silvestri, en travelling arrière,  mémorable. La mise en scène est magnifique, parfaite, tout comme la photographie du film. Et oui, Bodyguard est un film qui est techniquement réussi aussi. Tout est réussi.
 
bodyguard-07-g.jpg
 
Un film culte émouvant qui donne du plaisir, la magie du cinéma opère le temps d’un film en partageant des émotions diverses et variées. Un thriller romantique, immensément populaire, 3.8 millions d’entrées en France et 400 millions de recettes pour un budget de 20, grâce au casting irrésistible et la BO magnifique, rendant avec honnêteté l’atmosphère de ce début de décennie.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s